dimanche 10 octobre 2010

Psychanalyse à la musulmane.


 Ces deux courts entretiens sont extraits de la rubrique du courrier des lecteurs du magazine Salamnews n°15 datant de mai 2010. Nora et Mansour demandent à Chams en Nour, psychanalyste du journal, quelques sages conseils concernant leurs problèmes...

 "Je ne sais pas trop si c'était bien de ma part de vous poser cette question, mais j'aimerais savoir si j'ai mal agi en ayant des rapports avec mon futur mari. Nous avons fait une petite fête avec ses parents et le miens pour célébrer notre union et mon père a acheté du mouton. Le soir, les hommes ont fait la prière et ont lu le coran pour célébrer notre union. Ma mère est au courant et celle de mon époux aussi. Mon père ne le sait pas, j'ai peur de le décevoir. Ma question c'est de savoir si c'est halal ou haram. " Nora.

 Chams en Nour: Chère soeur, merci de votre confiance mais, pardonnez-moi, je vous renvois votre question. En votre âme et conscience, à partir du moment ou votre mariage était programmé, votre futur mari d'accord et vous aussi, pensez-vous avoir commis une faute qui pourrait contrarier votre relation à Allah? vous êtes la seule à pouvoir répondre en toute lucidité à cette question, vous ne pouvez pas décemment vous en remettre à d'autres pour la trancher. Quant au respect envers votre père, je le trouve malmené par un secret dont vous avez décidé de l'entourer et qui revient à une forme de mensonge, qui, lui est haram (illicite)... Demandez-vous plutôt pourquoi vous n'arrivez pas à assumer votre décision d'adulte.

 " Je me retrouve dans une situation très délicate: je suis sorti quelques semaines avec une musulmane française, qui est tombé enceinte. Je n'était pas prêt à avoir un enfant avec elle, mais elle a voulu le garder. J'ai raconté à mes parents en Algérie que nous étions mariés religieusement, mais ce n'est pas vrai. L'enfant est né, la mère reconnait mon rôle de père, que je veux bien assumer financièrement, mais elle refuse de vivre avec moi, car elle dit qu'il n'y a pas d'amour entre nous. Qu'en pensez-vous? " Mansour,34 ans.

 Chams en Nour: Avez-vous réfléchis à : pourquoi ce mensonge envers vos parents? Souhaitez-vous être tellement conforme à ce que vous croyez qu'ils attendent de vous? Avez vous peur de transgresser les valeurs familiales? Quand vous êtes sortis avec cette femme, ces questions se sont posées et, maintenant, vous devez assumer les conséquences de vos actes. C'est bien que acceptiez l'enfant dans ces conditions, vous reconnaissez son besoin de père, mais ce serait encore mieux si vous osiez dire la vérité à vos parents. Ils la sauront un jour ou l'autre,non? Souvenez-vous que le prophète [ Paix et salut sur lui] a dit: " Qu'est-ce qui fait tomber les gens dans l'Enfer sur leur nez,sinon que la moisson de leur mensonges?" "

 Curieux ces petites conversations, presque loufoques. D'abord la pauvre Nora qui au lieu de demander l'avis à un juriste en islam sur tel ou tel acte va poser la question à une psychanalyste, cette dernière ne trouvant pas mieux que de la renvoyer à ses propres questions, et bang le direct du gauche! Et bien halal lui! Après vient une autre victime, une autre âme perdue, Mansour, énième sacrifié sur la liste de la religion qui a du choisir entre sexe et piété ascétique, entre droit à la liberté et abstinence obligée, entre amour du corps et passions tristes. Notre bonne psychanalyste ne s'en laisse pas défaire pour autant et le rappel au devoir ô combien sacré, ô combien ancestral d'obéissance envers les aînés. Rien n'est dit directement, tout est sous-entendu évidemment. Mais le désarroi qui en naît lui est bien réel. Si après ça on croit encore que la religion est un refuge pour toutes les âmes perdues..

2 commentaires:

MAD-DM a dit…

Sacré cocktail ! Tout ça nous mène à des sociétés schyzo, à des vies entières faites de frustration et de renoncement. Incroyable ce discours culpabilisant :(

Red Lord a dit…

C'est exactement ce que je pensais chère amie!